Détermination du statut de réfugié: Séance d’échange avec les demandeurs d’asile et les réfugiés

Le siège d’Amnesty International du Bénin a servi de cadre dans la matinée du samedi 30 Juin 2018 à une séance de sensibilisation à l’endroit des réfugiés. Une sensibilisation qui a porté sur la détermination du statut des réfugiés (DSR).

Ils sont nombreux à répondre présents à cette séance de sensibilisation organisée par le Haut Commissariat des réfugiés (Hcr) en collaboration avec Amnesty International du Bénin. Eux, ce sont des réfugiés venus de diverses communautés dont la Centrafrique, la Côte-d’Ivoire, le Cameroun et le Mali. Plusieurs communications ont meublé cette séance. La première présentée par Olivier Kiti, a porté sur les droits et devoirs des réfugiés. On peut retenir de cette communication que deux catégories de droits sont garanties aux réfugiés. Il s’agit des droits reconnus à tout être humain et les droits spécifiques à eux.

Au nombre des droits spécifiques, le coordonnateur à énumérer le droit à l’asile, les droits sociaux et culturels, le droit d’être protéger contre une expulsion dans un pays où sa vie et sa liberté seraient en danger, ainsi que le droit à l’assistance fournie par le Hcr. Le communicateur a cependant expliqué qu’un devoir principal incombe à ces réfugiés. C’est celui de se conformer aux lois et règlements du pays d’accueil.

La dernière communication est relative aux rôles de la clinique légale dans le processus de la Dsr et de l’intégration locale des réfugiés demandeurs d’asile au Bénin. À l’entame de cette communication, le juriste Jean-Claude Dossa, a rappelé que la clinique légale est une entité d’assistance juridique initiée par Amnesty international Bénin et le Hcr, au profit des réfugiés sur le territoire béninois. Ladite communication est répartie en deux séquences. La première séquence est consacrée au rôle de la clinique légale dans le processus de la Dsr. Il en ressort que cette entité juridique aide les réfugiés à soumettre leur demande à la Commission nationale d’assistance aux réfugiés (Cnar) et leur offre un suivi après la soumission de la demande jusqu’à l’obtention d’une décision. La seconde séquence de la communication de Jean-Claude Dossa a pour thématique « rôle de la clinique dans le processus d’intégration locale des réfugiés et demandeurs d’asile. » Dans ce cadre, la clinique légale se charge de la médiation entre les réfugiés et les responsables d’établissements, chefs d’entreprises et les autorités policières, judiciaires et locales.

Ces différentes communications ont été assorties d’échanges entre les participants et les exposants.Il faut préciser qu’un demandeur d’asile est un réfugié dont le statut n’a pas encore été officialisé.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »214556″ img_size= »full » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »214557″ img_size= »full » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »214558″ img_size= »full » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column][/vc_row]